Une aventure sur l’Îlot saveurs de Laetitia

Une aventure sur l’Îlot saveurs de Laetitia

Et si nous partions à la découverte de nos partenaires ? Aujourd’hui, nous vous emmenons à Leforest dans le Nord, où nous avons poussé la porte de la boutique de Laetitia avec qui nous travaillons depuis quelques temps. Enthousiaste et curieuse, nous avions rencontré Laetitia lors d’un salon gastronomique sur Arras en novembre 2016. A cette époque, l’épicerie n’était encore qu’un projet, mais maintenant c’est une réalité car Laetitia l’a ouverte il y a quelques mois, le 28 avril exactement.

Pour l’occasion, nous avons réalisé une petite interview afin de vous présenter cette normande d’origine arrivée dans le Nord il y a un peu plus de 20 ans.

Bonjour Laetitia, nous sommes heureux de pouvoir faire cet entretien avec vous et nous vous remercions de nous accorder un peu de temps. Pour commencer, nous aimerions savoir comment se sont passé ces premiers mois d’activité ?

L : Je suis super contente de ce démarrage, les gens sont contents car ils trouvent des produits de bonne qualité en circuit court. Le bouche à oreille fonctionne beaucoup pour le moment, les gens cherchent le magasin dans la ville et on parle de l’Îlot saveurs sur le quai de la gare, c’est bon signe. Cependant, j’ai un peu peur d’une baisse de l’affluence avec la période estivale.

Laetitia et Vincent lors de l'inauguration de l'ïlot Saveurs

En juin dernier, vous avez organisé une inauguration à laquelle Sweet Pumpkin a pu participer, qu’en avez-vous pensé ?

L : C’était la folie, il y avait beaucoup de partenaires professionnels et quelques particuliers. Nous avons passé un agréable moment ainsi que nos partenaires.

On parle beaucoup de l’Îlot saveurs comme s’il existait depuis toujours mais finalement, la boutique est ouverte depuis 3 mois maintenant, comment vous est venue cette idée de monter cette épicerie ?

L : Je me suis retrouvé face à un dilemme car je n’arrivais pas à trouver facilement et rapidement de bons produits sans devoir me déplacer sur Lille ou commander sur Internet. De plus, nous avions un local à disposition car l’auto-école qui s’y trouvait n’avait pas renouvelé son bail. De ce fait, je me suis dit qu’il serait intéressant pour notre ville d’avoir un lieu où il serait possible de trouver de bons produits sans devoir se déplacer ou commander en ligne.

Combien de temps avez-vous mis pour monter ce projet ?

L: J’ai mis deux ans pour monter ce projet d’épicerie tout en étant aidé et conseillé par la BGE de Lens qui accompagne les créateurs d’entreprise.

Intérieur de la boutique

Comment sélectionnez-vous les produits que vous commercialisez ?

L : Je privilégie la proximité dans un premier temps afin de faire travailler des acteurs locaux. Par ailleurs, je suis attentive à leur manière de travailler et te produire. Les produits doivent aussi être naturels car c’est un gage de qualité pour les clients. Bien entendu, il peut y avoir des exceptions sur la provenance, comme avec votre huile de courge qui est originaire d’Europe Centrale, mais le projet doit s’inscrire dans une démarche durable et être lié avec un développement en France.

Est-ce que tous vos produits sont bio et locaux ?

L : Pour moi, il y a différents types de bio, entre le français, l’européen et hors union européenne, je préfère faire confiance aux producteurs. Le label bio c’est bien, mais ce n’est pas tout, je préfère travailler avec des producteurs locaux, respectueux de la Terre et de leurs produits. S’ils ont le label Bio, c’est un plus mais ce n’est pas mon critère de sélection.

Quels nouveaux produits souhaiteriez-vous proposer à l’avenir ?

L : La boutique vient d’ouvrir il y a peu de temps mais j’ai déjà de nouvelles idées de développement. J’aimerais, par exemple, mettre dans le magasin des tablettes à proximité des produits afin de d’expliquer aux clients la démarche des producteurs que j’ai sélectionné. Ceci permettrait de mieux comprendre pourquoi certains produits n’ont pas de label Bio mais qu’ils sont pourtant issu d’une agriculture responsable. Un espace de dégustation et de convivialité pourrait aussi être mis en place afin de donner la possibilité aux clients de goûter ce qu’ils vont acheter.

Concernant les produits, j’aimerais étendre mon offre de chocolat en référençant de nouvelles pâtes à tartiner sans huile de palme car actuellement je n’en ai que deux. Par ailleurs, je me suis mis en tête de trouver de nouveaux vinaigres de fruits et des pâtes bio pour la partie épicerie salée. Enfin j’aimerais proposer des paniers de légumes de saison élaborés avec l’aide de producteurs des alentours. Cela fait beaucoup de projets à lancer mais avec du temps, j’y arriverai !

Merci Laetitia pour le temps que vous avez pu nous accorder, nous sommes heureux de voir que votre aventure avance bien. Nous vous souhaitons bon courage pour le lancement de vos nouveaux projets et espérons que le partenariat avec Sweet Pumpkin durera le plus longtemps possible.

Laisser un commentaire