Régimes alimentaires : le docteur Atkins avait-il raison ?

Régimes alimentaires : le docteur Atkins avait-il raison ?

L’été arrive à grands pas! Et les régimes qui vont avec !! Nombreux sont les régimes dits amaigrissants qui permettent de perdre du poids assez rapidement. Un des régimes les plus connus est le régime du Dr Atkins dont nous avons tous plus ou moins entendu parler. Ce régime permettrait de perdre du poids de façon efficace.

En quoi cela consiste-t-il exactement ?

Le régime du Dr Atkins se fait en quatre phases :

La première phase dure au moins deux semaines, durant lesquelles les sources de glucides (le sucre, les produits sucrés, les féculents, les légumineuses, les fruits, le lait, le yogourt etc.) sont à éviter et ne doivent pas dépasser 20 g.

La deuxième phase réintroduit graduellement des aliments contenant des glucides, comme des fruits, des produits céréaliers, le lait et les produits laitiers. Cette phase dure jusqu'à ce que la perte de poids restante soit de 2 à 4 kg (par rapport à l’objectif de poids à atteindre).

La troisième phase ou phase de stabilisation permet d’augmenter de 10 g l’apport de glucides journalier. Quand le poids souhaité est stable pendant quatre semaines, il est possible de passer à la dernière phase.

La dernière phase dure à vie et la quantité de glucides dépend de chaque individu et du niveau d’exercice physique (Atkins 2002; Freedman et al. 2001).

Le régime, bien suivi, entraîne ainsi un phénomène de cétose. La cétose est un état physiologique naturel induit par les régimes à faible teneur en glucides. Cet état physiologique est caractérisé par la production naturelle par le foie de corps cétoniques. Ces derniers sont utilisés comme source d’énergie principale, à la place du glucose.

D’un point de vue chimique, un corps cétonique ou cétone est un composé organique, faisant partie de la famille des composés carbonylés, dont l'un des carbones porte un groupement carbonyle (groupement avec une double liaison entre un atome de carbone et un atome d’oxygène).

Formule générale des cétones où R1 et R2 sont des chaînes carbonées

Le régime du Dr Atkins a longtemps fait polémique chez les différents scientifiques.

Les conséquences métaboliques négatives du régime :

De manière générale, un régime restrictif (faible en calories ou faible en glucides) va entraîner une perte de masse maigre (masse musculaire, masse osseuse). Cela veut dire que la perte de poids ne se fait pas uniquement aux dépens des réserves de masse grasse ; une partie de la masse maigre est aussi perdue et cela quel que soit le niveau d’apport protéique.

D’après le Docteur Jean Michel Lecerf – médecin nutritionniste et endocrinologue et chef de service de nutrition de l’Institut Pasteur de Lille- la nécessité de fournir 140 g de glucose chaque jour au cerveau conduit le corps, en l’absence de glucides, à détourner des protéines musculaires afin de produire ce glucose. Ce qui va générer une diminution de la masse musculaire, et par conséquence une diminution du métabolisme de base et des dépenses énergétiques. Cela favorise la reprise de poids dès que le sujet se remet à manger davantage, du fait notamment d’un sentiment de manque. Le gain de poids se fait au profit des adipocytes (cellules spécialisées dans le stockage de graisse) car la masse maigre se reconstitue plus lentement, et cela d’autant plus que le sujet est âgé et inactif.

Les régimes amaigrissants ont généralement pour principe de priver l’organisme afin qu’il puise sur ses réserves de masse grasse. La très grande majorité des réserves énergétiques est en effet constituée par les triglycérides (forme de lipides qui permet le stockage des acides gras dans le corps) présents dans le tissu adipeux blanc. Cependant, ce dernier n’est pas la réserve énergétique la plus immédiatement mobilisable.

L’avis de l’ANSES :

Une des conséquences majeure et récurrente des privations et exclusions pratiquées, quel que soit le régime, est, paradoxalement, la reprise de poids, voire le surpoids : plus on fait de régimes, plus on favorise la reprise pondérale (effet yo-yo), a fortiori en l'absence d'activité physique.

D’après un rapport de l’ANSES sur les régimes amaigrissants, les apports lipidiques du régime de Dr Atkins sont supérieurs aux apports nutritionnels conseillés (ANC). Dans ce même rapport, on peut voir que les besoins nutritionnels moyens (BNM) en ferhez la femme, sont non atteints pour les phases 1 et 3. Ils sont atteints par la phase 2 du régime. Cependant, les ANC en fer ne sont atteints dans aucune des phases du régime. Par contre, dans la phase 2 du régime du Dr Atkins, les apports en calcium et vitamine B9 sont supérieurs aux ANC.

Les points d’attention sur les régimes :

L'Anses rappelle en outre que rien ne peut remplacer, en terme de santé, une alimentation équilibrée, diversifiée, en veillant à ce que les apports énergétiques journaliers ne dépassent pas les besoins. Par ailleurs, pour réduire les risques de prise de poids, l'évolution des habitudes alimentaires doit être associée à une activité physique régulière.

L’alimentation obéit à une triple finalité :

Les régimes sont souvent restrictifs et il y a une mise de côté de la fonction hédonique de l’alimentation. Toutes les manipulations du régime alimentaire visant un déséquilibre énergétique associé ou non à un déséquilibre d’apports en macronutriments (glucides, lipides, protéines) dans le but d’une perte de poids peuvent exposer à des risques importants pour la santé (carences en certains nutriments, troubles digestifs…). Tous les régimes amaigrissants, qu’ils portent ou non un nom spécifique, sont à éviter, en dehors d’une prise en charge par des professionnels de santé.

Le régime du Dr Atkins, où en sommes-nous aujourd’hui ?

Le régime du docteur Atkins a été modifié en 2011 en France suite aux différentes polémiques et avis scientifiques négatifs. Elle prend plus en considération certains éléments tels que les légumes qui n’étaient pas très présents dans la première version. La communication sur ce régime est maintenant orientée plutôt vers un régime sain et non un régime amaigrissant.

Cependant, ce régime est-il adapté à tous types de personnes sachant que chacun a un métabolisme qui lui est propre ?

La place des glucides dans notre alimentation, en particulier des sucres, est aussi de plus en plus décriée. Le sucre devient l’aliment qu’il faut éliminer à tout prix pour éviter la prise de poids. Le risque n’est-il pas de reproduire la même erreur que pour les lipides à savoir : indexer de façon excessive les glucides, les considérer comme source de tous nos maux en termes d’alimentation et de santé et finir ainsi par les diaboliser ?

Laisser un commentaire