Les amandes incendiaires de Californie

Les amandes incendiaires de Californie

Les amandes incendiaires de Californie

Ces dernières années nous avons souvent entendu parler des incendies de Californie dans les médias français. Pourtant, rares sont les reportages au journal de 20 heures qui expliquent les raisons de ces (trop nombreuses) catastrophes. L’incendie du mois d’octobre 2017 a détruit en 1 semaine près de 90.000 hectares, soit environ 65 000 terrains de football, 40 000 personnes sont toujours déplacées, soit l’équivalent de la ville de Cherbourg ou Bourg en Bresse, 5700 maisons ont été brulées, 42 personnes ont péri dans les flammes.

Pour vous donner un aperçu de ce chaos, voici une vidéo des ravages vus du ciel de la ville de Santa Rosa :

Alors que 2016 fut une année plutôt calme en ce qui concerne les incendies de Californie, les feux du mois d’octobre qui ont démarré presque simultanément ont été les plus violents jamais enregistrés.  Comment expliquer ce désastre historique ?

Une des principales raisons est bien la surexploitation des nappes phréatiques, asséchant dangereusement les sols depuis trop longtemps.

La filière amande pointée du doigt

N’étant pourtant pas l’unique responsable, la filière amande de Californie est aujourd’hui pointée du doigt. Largement développée en Californie ces deux dernières décennies pour répondre à la demande, la filière amande de Californie représente aujourd’hui 80% de la production mondiale.

Cette production demande beaucoup d’eau et de soleil. L’amandier est une culture pérenne dans la mesure où il s’agit d’un arbre qui devient rentable au bout de 5 à 10 ans et doit être constamment arrosé au risque de perdre le résultat de très lourds investissements. Conséquence : des puits de plus en plus profond sont creusés et malgré la sécheresse subie par la Californie, de plus en plus d’amandiers sont plantés chaque année au détriment de la faune, la flore et des habitants.

Que faire ?

Notre philosophie est de favoriser les cultures proches du lieu de vie, de diversifier son alimentation et favoriser les cultures annuelles (cultures replantées chaque année). D’autres fruits et graines possédants des vertus très similaires sont disponibles sur le marché, tels que les graines de lin ou de chanvre ou encore de courge.

Autre point positif, aujourd’hui la filière amande a été relancée en Provence à l’initiative de la Communauté de Communes des Baux Alpilles, il s’agit d’une solution non négligeable pour relocaliser en France cette filière agricole et de réduire le bilan carbone pour le plaisir de tous.

Nous vous invitons grandement à visionner l’excellente vidéo du youtubeur Stupid Economics sur ce sujet :

Laisser un commentaire